La triste réalité à Familles de France

 

contacts ] procès ] nouveautés ] mot d'accueil ] et les familles? ] qui est Joyeux ] les véritables CA ] ce qui se passe ] Un séminaire de "brain storming" curieusement encadré ...

bullet

Le programme du séminaire

bullet

l'animateur de ce séminaire : Vianney MALLEIN, un proche de l'Opus Dei

bullet

La protestation des administrateurs exclus

22 septembre 2001 : Henri JOYEUX organise[1] un séminaire de réflexion au profit d’une partie des membres du conseil d’administration de FAMILLES de FRANCE et des chargés de mission  

Le séminaire FAMILLES de FRANCE du 22 septembre 2001

  Lettre d' H. Joyeux

Chers amis,

voici quelques points de réflexion de l'été que je viens d'actualiser pour la

Réunion de Brain Storming FdF prévue le samedi 22 septembre. de 9 h 30 à 17 h. 

Parmi les points clé de réflexion voilà ce que je vous soumets pour avis et afin que vous complétiez éventuellement, selon ce que vous percevez pour l'avenir.

1/ la réunion devrait se tiendra hors fédé dans un cadre agréable qui ne nous coûte pas cher.

si possible l'endroit où a eu lieu l'AG de juin 2001, les tables étant positionnées en cercle. Nous le saurons mardi. 

Le repas sera un moment de détente, par tables de 4 à 6 mais qui ne nous empêchera pas de poursuivre selon les affinités les discussions.

 2/ y seront associées les 5 chargés de mission, éventuellement Elisabeth Gagnat si elle peut se libérer. En tant que secrétaire de direction elle a besoin de stimulation pour prendre des initiatives. 

3/l'ordre du jour doit être fixé sans trop tarder avec un large temps de discussion. 

Que chacun envoie ses propositions à Christiane Therry qui les mettra en ordre avec Anne-Marie Cornavin et les enverra à notre manager de journée Vianney Mallein.

4/ de mon coté je compte présente rapidement et si nécessaire le concept du "Bar à Fruits" dans le primaire, action qui sera médiatisée le mardi 25 septembre

et le programme du premier Colloque Nord de Familles de France, le 10 novembre prochain.

 5/ voici les sujets, dans le désordre, que j'aimerais que nous abordions : je mets en gras les dossiers qui me paraissent prioritaires, d'autres sont un peu plus délirants. Aucune idée n'est à rejeter a priori. 

- pourquoi et comment devenir un mouvement de 300 000 familles 

- les visites et contacts par les membres du CA avec les fédé départementales

- objectif AG statutaire de FdF du 8 juin 2002 - les sortants, les soumis à réélection, les "en cours de mandat"

- la typologie actuelle des familles adhérentes à FdF

- FdF Relais : premier bilan et perspectives, carte d'Adhésion...

- le programme de formation des "Nounous de FdF" pour Paris et Ile de France

- le programme de formation des "Adultes-Relais de FdF" et le dossier à présenter au Ministère

- les relations avec les autres mouvements -en particulier Stratégie avec les Ruraux et avec l'UNAF

- le site Internet de FdF, le forum et l'Intranet pour traiter ce sujet plus efficacement.

- les spécialités de FdF : Jeux vidéo, Docteur Bon Sens et pourquoi pas aussi Maître Bon Sens...

- projet d'une "Family Pride" avec un autre nom : "limifa" sur 5 ans et la création d'une chanson pour l'occasion.

- la commission Education, il nous faut des experts

 J'essaye de synthétiser en 3 grands sujets qui pourraient constituer la trame de la journée :

 1/ Comment développer FdF : objectifs à 3 ans ? ? ?

2/ Comment devons nous fonctionner en CA et hors CA ? ?

3/ Quelles images médiatiques voulons nous donner ?????

 amicalement  -  Henri Joyeux

Qui est Vianney MALLEIN ? 

bullet

Juin 1997 : Vianney MALLEIN organise, pour le compte de l’APPF, une manifestation devant l’assemblée nationale contre la mise sous conditions de ressources des allocations familiales.

Qui est l’APPF ?

L'Association pour la promotion de la famille (APPF)

En 1994, Jean-Marie et Anouck Meyer, membres surnuméraires de l'Opus Dei, fondaient l'Association pour la promotion de l'année de la famille. Son objet était de " promouvoir l'Année de la famille en réponse à l'enseignement du pape Jean-Paul II et, d'une façon plus générale, de réaliser toutes actions en faveur des familles. L'association se propose notamment de promouvoir le contenu et l'esprit de la Charte de la famille ainsi que les conclusions des congrès et autres manifestations similaires soutenant le principe que la famille, fondée sur le mariage, est la cellule de base de la société et, qu'à ce titre, elle doit être promue et protégée. Elle favorisera, entre autres, la participation de ses membres aux congrès et réunions prévues à cet effet et notamment à ceux qui se tiendront à Rome du 6 au 9 octobre 1994 ".

À l'issue de la l'Année catholique de la famille, l'APF donna naissance, en 1996, à l'APPF (Association pour la promotion de la famille), dont l'objet est similaire, bien que les références au pape aient été retranchées de son énoncé pour en masquer le caractère confessionnel. Cette nouvelle structure est présidée par Marguerite Delvolvé, épouse du professeur Pierre Delvolvé (université de Paris II-Assas), et domiciliée dans la résidence de l'Opus Dei où ils habitent .

L'APPF s'est déjà illustrée en organisant des colloques à l'Assemblée nationale, ainsi qu'en coordonnant quelques manifestations comme celles de juin 1997 contre la mise sous condition de ressources des allocations familiales. Plusieurs élus soutiennent ses actions, comme Jean-Louis Beaumont, Bruno Bourg-Broc, Louis de Froissard de Broissia, Colette Codaccioni, Jean Foyer, Bernadette Isaac-Sibille, Gilles de Robien, Benoîte Taffin.

Sources : Réseau Voltaire : http://www.reseauvoltaire.net/

 

bullet

 1998 : Vianney MALLEIN fait la communication du CMFMR

 

Qui est derrière le CMFMR ?

Le CMFMR : un groupement de fait suscité en sous-main par le Saint-Siège pour s'ingérer dans la vie politique française avec le soutien de Jacques Chirac

 Isabelle Schneider, secrétaire générale du " Collectif des maires de France pour le mariage républicain " (CMFMR) qui entend s'opposer au projet de légalisation des couples homosexuels, est également, sous son nom marital d'Isabelle Müller, la vice-présidente de l'Association pour la promotion de la famille (APPF).

Cette organisation, initialement fondée en 1994 sous le titre " Association pour la promotion de l'Année de la Famille " (APF), avait été créée par Anouck Lejeune et son époux Jean-Marie Meyer pour promouvoir en France des manifestations prévues au Vatican.

Anouck Lejeune-Meyer (fille du professeur Jérôme Lejeune et belle-sœur d'Hervé Gaymard) et Jean-Marie Meyer sont tous deux membres surnuméraires de l'Opus Dei et membres du Conseil pontifical pour la Famille.

Le Conseil pontifical pour la famille (cf. RV 97/0072) est présidé par S. Ém. le cardinal Alfonso Lopez-Trujillo. Il coordonne un ensemble d'actions similaires, en Europe occidentale et aux États-Unis, pour s'opposer à la légalisation des couples gays et lesbiens. Mgr Lopez-Trujillo s'est rendu à Paris, en voyage privé, début avril. Le 3 avril 1998, S. Ém. a eu l'occasion de rencontrer, avec les dirigeants de l'APPF, du CMFMR, des AFC et de l'Alliance pour les droits de la vie (cf. RV 97/0082 et 97/0212), les époux Chirac et de leur demander leur concours dans cette opération. C'est probablement grâce au discret parrainage de l'Élysée que le Saint-Siège espère réunir le soutien du tiers des maires de France contre le projet de légalisation des couples homosexuels.

Sources : Réseau Voltaire : http://www.reseauvoltaire.net/

Le CMFMR : une initiative des maires contre le projet d'union homosexuelle

 Le 2 mars 1998, un regroupement informel d'élus, dénommé " Collectif des maires de France pour le mariage républicain " (CMFMR), a adressé une lettre, sur papier à en-tête tricolore, aux 36 000 maires de France pour leur demander de s'opposer au projet de légalisation des couples homosexuels (cf. document ci-dessous).

La lettre du CMFMR est signée par Isabelle Schneider, " une mère de famille qui s'est spontanément proposée pour donner un coup de main ".

Pour mener à bien sa campagne, ce collectif, qui assure n'avoir aucune attache partisane ou confessionnelle, a eu recours à une société de communication, de sorte que les contacts directs avec le CMFMR sont impossibles, toute demande de renseignement étant gérée par la société de communication.

Selon ce " communicant ", le CMFMR devrait rendre publique son initiative le 15 avril 1998. Il espère, à cette date, avoir collecté 12 000 signatures, correspondant au tiers des maires de France.

Sources : Réseau Voltaire : http://www.reseauvoltaire.net/

Le Collectif des Maires pour le Mariage Républicain
A
u moment où démarre le débat public sur le Contrat d’Union Sociale, la publicité faite — sans plus de commentaires et sans contre-enquête — autour d'une pétition dont personne n’a encore vu la liste des signataires est une victoire pour ses organisateurs : le Collectif des maires de France pour le mariage républicain, dont Michel Pinton, maire UDF de Felletin dans la Creuse, est présenté comme le principal initiateur.
Comment s’est montée une telle pétition ? Informés par les organisateurs, les tout premiers articles ne dévoilent que les rudiments d’une opération-courrier en gestation depuis des mois. Tout juste sait-on qu’un premier courrier accompagné d’une déclaration d’intention à renvoyer aux organisateurs est parvenue aux 36 700 maires de France le 2 mars.

Dans son communiqué de presse (illustré d’une Marianne en grève) anonçant fièrement l’opération, le CMFMR prévient : “12 000 maires de France se regroupent au sein d’un collectif pour ‘sauvegarder le mariage républicain’. Certains n’hésitent pas à mettre leur démission dans la balance, si un nouveau contrat d’union était adopté.”

On a longtemps voulu faire croire au grand public que la pétition des maires contre la signature du CUS (le Contrat d’union sociale ancêtre du PaCS) en mairie était spontanée. Depuis, des enquêtes journalistiques ont démontré combien cette pétition prétendument spontanée était en réalité orchestrée par des réseaux catholiques “pro-vie” (anti-avortement et homophobes). Officiellement, le seul leader de cette opération qui coûtera la signature en mairie au Pacte civil de solidarité s’appelle Michel Pinton, maire de Felletin dans la Creuse. Un ancien de l’UDF connu pour avoir des sympathies de plus en plus à droite. En réalité, ce n’est pas lui qui a écrit, ni même pensé, cette pétition.

L'une des lettres du mailing est signée : Isabelle Schneider. Or la secrétaire générale du Collectif des maires de France pour le mariage républicain (l’association qui a organisé officiellement la pétition) n’est autre que la vice-présidente de la très conservatrice Association pour la promotion de la famille (APPF) derrière laquelle même Emmanuel Ratier — archiviste et informateur de toute l’extrême droite française — estime qu'on peut voir “la nette influence de l’Opus Dei”. Une chose est sûre, l’APPF représente l’un des courants les plus conservateurs des milieux catholiques et familialistes.

Autre exemple du soutien et de l’aide logistique “pro-vie” dont a pu bénéficier le collectif de Michel Pinton, l’entreprise de communication choisie par le Collectif des maires pour organiser l’opération-courrier, recueillir la liste des signataires et gérer la propagande, n’est autre qu’Artéa : un partenaire là aussi bien connu des milieux “pro-vie”. Située dans le neuvième arrondissement de Paris, celle qui s’est vu attribuer un budget tournant aux alentours de 145 000 F pour faire parvenir à bon port le mailing adressé aux 36 700 mairies françaises est une habituée des opérations militantes conservatrices. Elle est par exemple chargée de la communication du Concours européen pour la vie, un concours “pro-vie” organisé par des élus européens ultra-conservateurs.
Sources : http://www.prochoix.org/mairesantipacs/petition.maires/appf.html

 

L’opus dei ?

 

Comité des maires de France pour le mariage républicain (CMFMR), suite

Suite à la publication de notre note 160 (dépêches 98/0082 à 98/0086), consacrée à la campagne du Comité des maires de France pour le mariage républicain, le Bureau d'information de la Prélature de l'Opus Dei en France a démenti nos informations selon lesquelles l'Œuvre aurait participé à ce comité.

Pourtant, six mois plus tard, le 2 octobre 1998, le porte-parole de l'Opus Dei en France, François Gondrand, a reconnu, par communiqué aux agences de presse, que les initiatrices de ce comité (Isabelle Müller-Schneider et Marguerite Delvolvé) étaient effectivement membres de la Congrégation.

Sources : Réseau Voltaire : http://www.reseauvoltaire.net/

1998 : Vianney MALLEIN organise un colloque pour l’Observatoire Chrétien de l’entreprise et de la société. Qu’est ce que l’OCHRES ?

 

L'OCHRES

 L'Observatoire chrétien de l'entreprise et de la société (OCHRES), qui a été mis en place, en 1996, en marge de l'association Évangile et Société, a organisé, le 15 octobre 1998, un colloque sur le devenir de l'État providence.

Un Comité éxécutif de l'OCHRES, composé de vingt et un membres, se réunit quatre fois l'an. Il comprend des personnalités telles que Michel Albert, André Aumonier, Michel Bon, Alain Deleu, Hervé Gaymard, Marc Le Fur, Vincent Lenhardt, Hervé L'Huillier, Bernard Vivier. Un groupe d'expert, issus d'Entreprise et Personnel et de l'AFPA, alimente les travaux de l'OCHRES.

Évangile et Société avait été fondé, en 1976, à l'initiative de membres de l'Opus Dei exerçant des fonctions au sein du Centre français du patronat chrétien (CFPC) et de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). L'association était alors présidée par Pierre Boisard et était notamment animée par les fondateurs de Famille chrétienne, André Jozan, Marie-Joèlle Guillaume, et Rémy Montagne. Elle s'était donnée comme but de renforcer le pôle wojtyliste et corporatiste au sein du CFPC et de la CFTC, après que l'épiscopat français ait dissuadé les deux organisations, patronales et ouvrières, de publier une déclaration commune sur l'ordre social chrétien.

Évangile et Société a bénéficié du soutien financier de la Fondation Konrad-Adenauer.

La communication de l'OCHRES est réalisée par l'agence Artea, par ailleurs responsable de la communication de diverses associations proches de l'Opus Dei, comme le Collectif des maires de France pour le mariage républicain (cf. RV 98/0083) ou le Secrétariat d'information des collectivités locales et régionales (Sicler) (cf. RV 96/0626 et 97/0579).

Sources : Réseau Voltaire : http://www.reseauvoltaire.net/  

La protestation du courant "Unité"

Alain SOURY-LAVERGNE,  Responsable du courant d’opposition   à Monsieur Henri JOYEUX,  FAMILLES de FRANCE 

Le 2 octobre 2001

Monsieur le Président,

 Le 22 septembre dernier, une partie du conseil d"administration s’est réunie en séminaire de "brain storming" à Paris. Ce séminaire était animé par M. Vianney MALLEIN. 

Cette opération appelle de notre part les observations suivantes :

            - la convocation d'un séminaire de ce type à l'insu de certains administrateurs est un procédé non seulement particulièrement discourtois, mais qui en dit long sur l'esprit de dialogue de l'équipe actuellement au pouvoir.

            - le modérateur de cette réunion, Vianney MALLEIN, de ARTEA, est connu comme l'agent de communication de la manifestation organisée par l'A.P.P.F. (association pour la promotion de la famille) devant l'Assemblée Nationale en juin1997 et comme celui du Collectif des Maires contre le Pacs en 1998, initiative elle aussi pilotée par l'A.P.P.F.

A l'époque, Christiane THERRY avait signalé qu’il existait des liens forts entre cette association et l'Opus Dei. Ces liens ont d'ailleurs été confirmés par l'Opus Dei elle-même. 

Familles de France est une association à caractère non confessionnel et cette caractéristique figure à l'article 2 de ses statuts. 

Il me paraît particulièrement grave que sa réflexion stratégique soit confiée à une agence entretenant des liens étroits avec un tiers ordre catholique aussi présent et actif que l'Opus Dei. Je m'interroge également sur la transparence de ce choix vis à vis des administrateurs qui ont eu l'avantage d'être conviés à ce séminaire. Vous nous devez enfin des informations en ce qui concerne le financement de cette journée, financement qui ne figure pas au budget.

Dans l'attente de vos explications, je vous prie de croire en ma considération distinguée. 

                                                              Alain SOURY-LAVERGNE

 Copie aux membres du conseil d’administration


[1] A l’insu de certains membres du conseil d’administration

Accueil Remonter