La triste réalité à Familles de France

 

 

La sexualité selon Henri Joyeux

 

 

Sources : "  Faire sa vie à deux - 38 situations" - Ed. F-X de Guibert - 1994

(extraits)

 

 

 

attirance anorexie mentale avortement

 

 

 

 

cohabitation étudiante contraception écologique désir féminin
divorce éjaculation précoce excès amoureux
expérience fantasmes masculins fille de 14 ans
fiancée vierge frigidité génération actuelle
homosexualité jeunes filles modernes jeune fille à épouser
  lubrification mariage à risques masturbation (1)  
  masturbation (2) monde actuel orgasme féminin  
  parents péridurale piège  
  pilule positions résister aux garçons  
  sodomie sperme stérilité  
  trou du nez union libre vie saine  
    virginité    
 commentaire

attirance : "Tous les hommes vous diront que toutes les femmes les attirent, ou presque. C'est moins vrai pour les femmes , à moins qu'elles n'aient de nombreux partenaires"

anorexie mentale : "Les cas d'anorexie mentale sont de plus en plus fréquent chez les jeunes filles. il peut s'agir de la perte de l'identité du père et du refus du masculin en général (...) Il peut s'agir aussi d'un viol ou d'une tentative de viol , d'un cas d'inceste venant le plus souvent d'un parent"

avortement : "tous les arguments seront bons pour vous séparer de la vie qui est en vous, et le plus souvent , ce seront des arguments économiques : un crédit en cours, l'achat d'une voiture, un petit confort matériel d'un moment peuvent vous faire regretter longtemps la vie de votre enfant"

cohabitation étudiante : "Ils en se posent pas de questions, préférant "consommer" leur amour dans la passivité de la vie ensemble où les "unions sexuelles fréquentes" jouent le rôle de "tranquillisant" par qu'au moins "quant on fait l'amour, on ne fait pas la guerre" !"

contraception écologique : "un soir, M-L radieuse, explique à son mari qu'une amie lui a parlé d'une nouvelle méthode de contraception 'écologique' qui consiste à repérer ses jours de fécondité à l'avance" ... "évidemment cela implique que le mari s'adapte plus aux désirs de son épouse qu'à ses propres pulsions" (...) la méthode écologique est actuellement la seule qui responsabilise à égalité l'homme et la femme. Ni exploitée ni exploiteur ... "  (...)    Comment reconnaître les jours de fécondité où il faut éviter les relations sexuelles ? les jours où la femme manifeste "un désir amoureux renforcé"

désir féminin  : "Votre désir de coucher est-il seulement un désir sexuel, le désir de vous attacher celui que vous aimez, fréquent chez les jeunes filles, ou plus profondément en vous le désir d'être mère ? "

divorce : Elle prend la pilule ce qui la rend frigide et "énerve manifestement son mari". De ce fait, "son sixième sens lui fait soupçonner son mari d'infidélité. Elle le sent et ils sont sur la voie du divorce"

éjaculation précoce : "un psychologue ou un psychiatre est-il utile ? - la personne la plus qualifiée est certainement l'épouse ou la partenaire qui aime et qui est aimée, bien consciente des difficultés de celui qu'elle aime"

excès amoureux : "l'excès dans le domaine physique nuit au dialogue amoureux, transforme la sexualité en performance, en gymnastique et peut mener au déséquilibre. Elle risque même d'orienter les désirs vers la bisexualité ..; où même vers l'échangisme"

expérience : Nathalie et Christian - mariés depuis peu - éjaculation précoce - Nous posons des questions à Nathalie - (dans le passé) vous avez eu des relations sexuelles avec d'autres garçons ? - entre 15 et 20 - alors, vous comprenez bien, Nathalie, que pour Christian faire l'amour avec vous, alors qu'il sait que vous l'avez fait avec 17 ou 18 garçons avant lui, c'est comme si il passait un examen avec la quasi certitude de l'échec"

fantasmes masculins : " ce sont les hommes qui proposent car la sodomie fait partie de leurs fantasmes ; alors ils cherchent à la faire considérer comme naturelle, et ainsi à banaliser et évidemment à normaliser l'homosexualité. C'est le meilleur et le plus sûr moyen de faire accepter ensuite de la même façon la bisexualité"

fiancée vierge : "il faudra peut être que tu calmes ses ardeurs, car elle pourra devenir très amoureuse et, poussée par les modes de vie actuels, par ses relations, désirer s'unir à toi sexuellement" or, il veut attendre le mariage car il a fait l'erreur d'avoir de nombreuses expériences  "si elle n'est pas capable de comprendre cela, de l'intégrer amoureusement, et de le faire passer dans son comportement, alors, il y a peu de chance qu'elle soit celle que tu cherches". 

fille de 14 ans : "vers l'âge de 14 ans, elle va connaître plusieurs aventures amoureuses avec divers garçons qui vont s'amuser avec elle au cours de jeux sexuels - la faire "jouir" comme elle les fera "jouir" - mais elle n'acceptera jamais de perdre sa virginité physique. Cela lui permettra de connaître l'égoïsme des garçons et d'en être écoeurée". 

frigidité : Elle prend la pilule. De ce fait, "elle a trop souvent l'impression d'être un 'outil' pour la sexualité de son mari, alors qu'elle voudrait être encore séduite ... alors, elle va invoquer une fatigue générale, des douleurs, et c'est un début de frigidité qui se met en place"

génération actuelle : "le sexe être un piège. C'est le premier gros piège qui vous attend, et dans lequel tombent 90 % des jeunes de votre génération, plus ou moins poussés par la mode, le manque de réflexion, une maturité encore adolescente, des problèmes personnels, une méconnaissance complète de ce qu'est l'amour humain". 

homosexualité : "une mère trop possessive, un père dur, lointain, absent même qui font que le jeune passera sa vie à chercher dans l'homosexualité la tendresse, la force, l'autorité masculine (paternelle), qu'il n'a pas véritablement connues... une enfance perturbée par des influences affectives néfastes provenant d'adultes pervers, plus ou moins pédophiles ou à tendance incestueuses ..." 

jeunes filles modernes : "Stéphan trouve que les jeunes femmes sont difficiles, agressives, exigeantes et peu affectueuses. Elles réagissent plus comme des hommes que comme des femmes et s'il comprend que le fait qu'elles travaillent les rend plus âpres au gain, plus exigeantes vis à vis des hommes, il n'empêche que leurs attitudes l'inquiètent un peu". 

jeune fille à épouser : "la seule solution est de trouver une très jeune fille (...) une qui n'aura pas eu d'expériences et qui découvrira l'amour avec lui". 

lubrification : c'est pourtant une donnée élémentaire de toute relation amoureuse : l'absence de sécrétions sur les voies génitales féminines traduit soit une non préparation psychologique et physique, soit une certaine crainte, une insuffisance de confiance dans le partenaire masculin"

masturbation (1) : "l'éjaculation précoce de l'adolescence qui peut avoir pris une forme chronique plus ou moins dépendante des stimulations du monde de la sensualité"' 

masturbation (2) : "Un adulte qui pratique la masturbation solitaire pratique très certainement et très souvent, lorsqu'il est en cours de relation sexuelle, la masturbation en utilisant le corps de l'autre"

orgasme féminin : "l'orgasme est le moment suprême d'excitation ou l'homme et la femme "perdent pied". Mais, ici encore, il y a orgasme et orgasme, chez la femme surtout. La femme peut dire qu'elle y est parvenue lorsqu'elle éprouve, après l'acte sexuel, un sentiment de détente et de paix". 

mariage à risques : "le mariage avec une trop grande différence d'âge, surtout lorsque c'est la femme qui est plus âgée"

monde actuel : "le monde actuel vous propose d'être les stars des 5 B : Bouffer, Bronzer, Boire, Bais... et se Baigner"

parents : les jeunes, "les modèles des générations qui les précèdent, ils les ont devant les yeux et ils ne sont pas enthousiasmants. Leurs parents, soit mènent une vie de routine, communiquant mal entre eux - comme deux rails qui restent parallèles - soit ont depuis longtemps repris ce qu'ils appèlent leur liberté ... par contre, le ou les modèles de grands parents parfois les fascinent ... il y rencontrent plus souvent stabilité et amour encore bien vivants"

péridurale :" Myriam s'est entraînée à la méthode de l'accouchement sans douleur, mais sans douleur cela ne veut pas dire sans travail et c'est un travail qui lui a demandé un entraînement quasi sportif ! mais c'est bien le meilleur moyen pour éviter les méthodes d'assistance chimiques lors de l'accouchement"

piège du sexe : il l'aime mais "il risque de ne voir en cette fille qu'un "sexe de plus", qui sait ou qui ne sait pas, qui jouit bien ou jouit mal"

pilule : Elle est anxieuse, agressive. "peut être ne supporte-t-elle pas la prise d'hormones apportées par la pilule. Celles-ci sont en effet capable de réduire la libido, de provoquer un état de nervosité latente, d'anxiété"

positions :  "en position animale postérieure, à genoux, à quatre pattes ... ou toute autre position guère plus respectueuse"

résister aux garçons : conseil aux filles "ce n'est pas en vous allongeant que vous le retiendrez et qu'il vous choisira sachez physiquement lui résister "longtemps". S'il n'insiste pas, c'est qu'il aura trouvé ailleurs pour satisfaire ses "besoins""

sodomie : "Quel plaisir peut-il y avoir à sodomiser une femmes ? - Il s'agit d'un plaisir de la masturbation : c'est à dire de caresse du sexe masculin en érection qui pénètre un orifice étroit et fait des allées et retour dans l'anus du partenaire"(...) " au lieu de faire cela 'à la main', le 'sodomiseur' utilise l'orifice anal de sa partenaire"

sperme : lors de l'acte sexuel "l'homme donne à la femme le meilleur de lui même; c'est à dire sa semence, son sperme"

stérilité : "un an d'attente pour avoir un enfant, cela peut être banal après avoir pris la pilule pendant 3 ans "

trou du nez : "pour l'homme en particulier, tout paraît possible car ses fantasmes sont sans limites. Un jeune nous a écrit : "si l'homme pouvait mettre son sexe en érection dans les trous du nez, il le ferait. Il ne le fait pas car ça ne passe pas!""

union libre : "Fille de 23 ans - 3 unions libres en trois ans - elle s'est bien rendu compte que dan ces trois essais, elle a été considérée plus comme un objet que comme une personne. Chacun a voulu profiter d'elle : il y avait le gîte, le couvert, l'affection et puis ... le sexe."

vie saine : "trouver les moyens de neutraliser toute attirance vers l'homosexualité par le sport, la lecture, les amitiés solides et un travail épanouissant, des activités créatrices : peinture, sculpture, musique"

virginité : d'une fille dont un garçon est amoureux "et si elle te demande de coucher avec elle ? -je serai très déçu ! - Exactement ! Tu es animé par beaucoup de clarté et de bon sens"

 commentaires Qu’est-ce qu’une projection psychologique ?  Chronique France Inter du 11 Mars 2003

Le mot projection, quand on le dit isolément, fait penser à une séance de cinéma, on s’assoit dans la salle, la lumière s’éteint, le rideau s’ouvre, un pinceau de lumière va baigner l’écran et le film commence. Eh bien, la projection psychologique, c’est la même chose, avec quelques petites variantes : la salle obscure, c’est notre cerveau, la toile blanche de l’écran, c’est une personne qui nous fait face ; et le film, ce sont des images que nous avons dans notre inconscient. On projette sur quelqu’un quand on lui attribue des qualités, des défauts, des intentions qu’il n’a pas en réalité. C’est un phénomène banal, presque quotidien : votre chef de service fait la gueule ce matin au moment où vous arrivez. Vous attribuez cette grise mine au fait d’avoir quitté le bureau hier avec une demi-heure d’avance, et vous l’entendez mentalement penser : « Tu vas voir, mon vieux, je t’aurai. » Ou encore, votre fille rentre du lycée en pleurant et se précipite dans sa chambre en claquant les portes ; vous vous dites qu’elle a raté le devoir de maths (ou de français) qu’elle devait faire en classe ce matin et qui vous turlupinait depuis plusieurs jours car vous aussi vous étiez nul en maths et en français à son âge. En réalité, tout cela est faux : votre chef de service venait d’apprendre que le carburateur de sa voiture devait être changé ; quant à votre fille, son devoir de français (ou de maths) a été repoussé d’une semaine mais elle vient d’apprendre que sa meilleure copine a couché il y a six mois avec son copain à elle. Autrement dit : une projection psychologique, ça consiste bien à se faire du cinéma, mais avec un scénario maison, et en faisant jouer à ceux qui nous entourent des rôles que nous écrivons sans nous en rendre compte. C’est dire que la projection psychologique est le moyen le plus sûr de se fourrer le doigt dans l’oeil. La personne objet de la projection peut bien sûr être étrangère à votre entourage : il est sain de ne pas aduler ceux qui veulent se faire passer pour des stars , mais la colère, la méfiance, l’agressivité irrationnelles que l’on éprouve parfois pour un personnage public sont toujours suspectes d’être le résultat d’une projection. Car la projection, c’est une manière d’habiller - je devrais dire, de travestir - une personne avec qui nous nous trouvons d’étranges points communs et que nous chargeons de sentiments coupables dont nous ne voulons pas admettre la présence en nous-mêmes. Plus ces sentiments sont puissants, plus la projection est forte, et plus l’agressivité croît en conséquence. Par exemple, au hasard, le fait que certains auditeurs attribuent à l’auteur d’une chronique de trois minutes sur France Inter des pouvoirs considérables comme celui de transformer à lui tout seul leurs enfants en consommateurs effrénés de cannabis et de séries télévisées en version originale, ça, c’est une projection. Surtout quand le type en question a un contrat renouvelable tous les trois mois et fait ses chroniques de chez lui en pantoufles... Les conséquences sociales les plus extrêmes des phénomènes de projection sont la chasse aux sorcières, la censure, et la guerre. Un groupe humain accuse un autre groupe humain de vouloir le dominer ou l’agresser. Et, sans attendre d’en avoir la moindre preuve, il cherche à le dominer ou à l’éliminer à titre soi-disant « préventif ». C’est l’inquisiteur ou le censeur qui, torturé par ses propres fantasmes ou frustrations sexuelles, reproche les pires turpitudes à « Madame Bovary » de Flaubert, à « La Religieuse » de Jacques Rivette ou à n’importe quelle émission de télévision où on prononce le mot sexe. Ou encore le politicien qui en accuse un autre de vouloir éradiquer la planète à coups d’armes de destruction massive. Les projections, qui illustrent parfaitement le sage proverbe enfantin « c’est çui qui l’ dit qui y est » sont utilisées comme des armes redoutables, quotidiennement, par des individus moins puissants mais tout aussi nocifs que les grands de ce monde car ils nous pourrissent la vie : les manipulateurs. Qu’est-ce qu’un manipulateur, comment le reconnaître et comment lui échapper ? Vous le saurez demain en écoutant le prochain épisode d’Odyssée...

"Pourquoi les hommes ont peur des femmes " Le livre de Jean Cournut constate tout d’abord la peur que ressentent les hommes pour les femmes. Celles-ci représentent la castration et incarnent une triple énigme : elles sont les témoins de la différence - on sait peu de choses sur leur jouissance sexuelle car elles n’en parlent que peu - la maternité est incompréhensible. Elles incarnent la sexualité animale, la vie, la mort ; sont insatiables, infidèles, diaboliques ; ne veulent qu’une chose : voler leur pénis… pensent-ils. C’est à partir de cette peur que M. Cournut conjugue les caractéristiques du machisme : refus de la réalité du désir féminin, négation du plaisir, glorification de la virginité, etc.

Accueil Remonter

contacts ] procès ] nouveautés ] mot d'accueil ] et les familles? ] qui est Joyeux ] les véritables CA ] ce qui se passe ] qui-est-joyeux ]