La triste réalité à Familles de France

 

contacts ] procès ] [ nouveautés ] mot d'accueil ] et les familles? ] qui est Joyeux ] les véritables CA ] ce qui se passe ] qui-est-joyeux ]

Derniers développements :

Pour les gens pressés : le résumé chronologique

bullet

Henri Joyeux perd son procès en diffamation contre Le Figaro

 
bullet

cessation de paiement en vue (2004)

bullet

Dominique Marcilhacy est rétablie dans son mandat au Conseil Economique et Social

bullet

41 000 familles ont quitté la fédération entre 2000 et 2003

bullet

2003 : Henri Joyeux condamné aux Prud'hommes

bullet

Familles de France a disparu des médias

bullet

Epuration et démissions au Conseil d'Administration (2003) 

bullet

L'exposition mariage détournée de ses objectifs sans l'accord de ses auteures

bullet

2002 : la chasse aux sorcières bat son plein

bullet

Où va l'argent des cotisations ?

bullet

Les demandes de l'opposition pour le Conseil d'Administration du 8 décembre dernier et le silence troublant d'H. JOYEUX  

bullet

notre dossier : Alimentation et santé : a-t-on besoin de Familles de France ? 

bullet

Ce qu'on a caché : consultez en ligne les comptes rendus des CA

bullet

Extraits édifiants du CA du 2 février 2002 

bullet

Jacques Bichot assigné en dommages et intérêts par Familles de France !

bullet

  Deux nouveaux administrateurs illégalement cooptés au CA du 6 octobre 2001

 

les demandes de l'opposition pour le conseil du 8 décembre :

 

Par la voix d'Alain Soury-Lavergne, les membres du courant unité de Familles de France ont demandé à Henri Joyeux : 

       - de leur donner les comptes rendus des bureaux, comme il est de droit pour des administrateurs

       - de s'expliquer sur son opération "bars à fruits" notamment en indiquant quels contacts préalables  il a pris avec l'Education Nationale et avec les associations de parents d'élève et de faire connaître les cautions  scientifiques de cette opération

         - de renseigner les administrateurs sur les liens qu'il a avec les personnes, médecin ou non, qui prônent le retour à une alimentation ancestrale pour guérir diverses maladies dont des cancers.

 

Par ailleurs, D. Marcilhacy a demandé la mise à l'ordre du jour de la consultation d'un bon juriste pour démêler les questions d'utilisation du logo de Familles de France (on rappellera qu'Henri Joyeux a assigné Alain Soury-Lavergne, président de la fédération de l'Isère, pour usage abusif du logo de Familles defFrance. Le conseil d'administration de cette fédération a vivement protesté. 

 

Enfin, Jacques BICHOT a demandé des explications concernant certaines dépenses faites à son inssue pendant les derniers mois de sa présidence. 

le silence troublant d'H. JOYEUX  

 

 

Dans l'attente du compte rendu d'huissier du CA du 6 octobre, voici la lettre qu'Alain SOURY-LAVERGNE a adressée aux deux personnes qui ont été "cooptées en toute illégalité" 

Par recommandé avec AR       le 22 octobre 2001

 Madame, Monsieur

 Au cours du conseil d’administration de la fédération nationale FAMILLES de FRANCE du 6 octobre dernier, Monsieur Henri JOYEUX a fait part de votre candidature sur un poste vacant au sein de ce conseil et a fait voter votre cooptation.  

Ce vote a été contesté en séance pour plusieurs raisons :

-          les administrateurs siégeant ce jour là n’étaient pas informés de la vacance de deux  postes faisant suite à deux démissions dont ils n’avaient pas connaissance ;

-          aucune mention de ces cooptations n’était d’ailleurs portée à l’ordre du jour qui leur avait été communiqué quelque jours avant. C’est au cours de la séance qu’Henri JOYEUX a procédé à cette mise à l’ordre du jour ;

-          Il n’était par conséquent pas possible aux administrateurs de bénéficier, dans un délai raisonnable, de information complète et sincère  à laquelle ils ont droit afin de délibérer en toute connaissance de cause. Le respect d’un délai raisonnable et d’une information correcte et complète est une condition de la validité d’une délibération car elle permet d’éviter de soumettre, volontairement ou involontairement, une délibération importante à l’appréciation et au vote d’un auditoire peu ou mal informé sur les conséquences que pourraient avoir son consentement.

-          En outre, les candidatures au conseil d’administration de la Fédération Nationale, pour être valables, doivent avoir été soumises à la vérification préalable du comité juridique, que seul son président peut convoquer (article 12 bis des statuts). Or, la présidente du comité juridique était précisément parmi les personnes démissionnaires. La convocation du comité juridique, faite par Henri JOYEUX lui-même (sur un ordre du jour également imprécis) n’était donc pas valide.

 Pour ces raisons, j’ai le regret de vous faire connaître que votre cooptation n’est pas régulière.

 Il est d’autres raisons, tenant à la présence parmi les votants, de personnes n’ayant pas qualité pour siéger au conseil d’administration. C’est l’argument pour lequel, vous le savez sans doute, une demande d’annulation de  l’élection d’Henri JOYEUX et les délibérations qui ont suivi a été déposée devant le TGI de PARIS par une dizaine d’administrateurs en juin dernier.

 Votre cooptation sera jointe à cette procédure et son annulation sera demandée.

 Croyez que c’est avec une grande tristesse que nous nous voyons contraints de vous faire part de tous ces éléments. Nous ne doutons pas de vos qualités et de votre dévouement à la cause familiale. En d’autres circonstances, nous aurions très probablement voté en faveur de votre cooptation. Faites moi la grâce de ne voir, dans cette missive, aucune attaque personnelle.

 Je vous prie de croire en l’assurance de ma considération très distinguée

        

 

contacts ] procès ] [ nouveautés ] mot d'accueil ] et les familles? ] qui est Joyeux ] les véritables CA ] ce qui se passe ] qui-est-joyeux ]

Accueil